CloudList : l'annuaire de référence des éditeurs de logiciels et prestataires de services IT B2B

En quelques années, le visage des séminaires de rentrée ou « Kick-off » dans le jargon informatique a changé : plus modernes, plus dynamiques, ceux-ci s’enrichissent d’activités insolites et originales visant à souder les équipes, le fameux « Team Building ». Et pour exploiter la synergie créée lors de ces événements, nombreuses sont les entreprises qui mettent en place des workshops ou séances d’appels à idées pour soutenir leur démarche d’innovation. La question qui se pose systématiquement est la suivante : comment tirer le meilleur parti de ces évènements en assurant à la fois un brainstorming efficace ?

 

L’innovation peut prendre différentes formes

Le travail collaboratif est désormais courant en entreprise. Boîtes à idées logicielles, feedback et forums lors de projets : l’heure est à l’implication des salariés dans les choix stratégiques de leur entreprise. De plus en plus fréquemment, les séminaires annuels sont intégrés dans cette démarche d’appel à idées. Associant moments informels et périodes de travail dans un cadre neutre, ils sont l’occasion idéale de réunir les collaborateurs et de faire émerger de nouvelles idées.

L’ensemble doit cependant être cadré pour que les participants eux-mêmes sachent ce que l’on attend d’eux. Une préparation minutieuse est donc nécessaire pour choisir le bon cadre et le fil directeur, et pour attribuer un temps adéquat à l’innovation participative. Quelle problématique l’entreprise souhaite-t-elle résoudre et que vont faire les salariés concrètement pour l’y aider ? Cette problématique doit pouvoir être résumée en termes simples et efficaces : le projet collaboratif doit ouvrir la porte à toutes les idées, même les plus étonnantes.

 

Se libérer des codes de l’entreprise pour plus d’innovation

En modifiant les horizons habituels des salariés, le séminaire d’entreprise permet de se détacher des habitudes prises au travail. L’entreprise a tout intérêt à faire adopter une nouvelle approche à ses salariés : c’est généralement en laissant ses acquis de côté que l’on développe les idées les plus originales. Par ailleurs, nombre d’études le prouvent : le cadre plus informel de ce type d’événement booste l’efficacité et la synergie entre les participants.

Les activités telles que le « blindstorming » (brainstorming lors duquel les yeux et la voix sont masqués), la réécriture en groupe de l’histoire de l’entreprise, les ateliers autour du digital et les projets sur smartphone sont autant de possibilités qui sollicitent l’imagination et exploitent des outils que les participants utilisent avec plaisir. Les activités d’innovation participative remettent également l’humain au cœur de l’entreprise, à l’heure où les échanges se font le plus souvent par messagerie. Une manière de mieux se comprendre et de faire avancer les projets de digitalisation des services internes plus vite.

 

Accompagner mais rester en retrait

Lors de ces événements d’appel à idées, la présence des managers et dirigeants n’est pas aussi souhaitable qu’on l’imagine. Au contraire, toute figure emblématique de l’entreprise et de sa hiérarchie a intérêt à rester en retrait. Les participants de ce véritable « challenge d’innovation » doivent se sentir investis d’une mission importante pour laquelle on leur fait confiance. L’absence de pression et de management est une condition essentielle pour permettre aux idées atypiques d’émerger. L’encadrement reste de mise, cependant, pour que les participations aillent dans le bon sens. Pour cela, mieux vaut effectuer des interventions ponctuelles qu’un suivi permanent durant le brainstorming. Témoigner de l’intérêt au travail en cours est également très efficace pour booster la motivation des participants et au final, servir les objectifs d’amélioration de la performance.

 

Assurer un véritable suivi de projet

Lorsqu’ils font entendre leur voix, les salariés désirent avant tout savoir qu’elle a été entendue. L’appels à idées ne doit pas se limiter à la durée du séminaire. Une fois revenus dans le cadre de l’entreprise, les participants doivent pouvoir se confronter à nouveau aux résultats de leur collaboration, se réunir au sein de l’entreprise et affiner ensemble leurs idées. Inutile pour cela d’attendre le prochain événement : les outils collaboratifs d’entreprise peuvent prendre le relais pour encourager discussions, débats et partage d’idées, ou encore l’élection d’un projet à réaliser. Il est essentiel de valoriser rapidement les idées innovantes et de faire vivre la collaboration entre salariés. Les managers auront alors un rôle clé de coordination, et devront faire émerger des résultats concrets pour créer une véritable satisfaction chez toutes les parties.

Share This