CloudList : l'annuaire de référence des éditeurs de logiciels et prestataires de services IT B2B

Impossible de faire l’impasse sur cette réforme profonde de la formation professionnelle et de la digitalisation qu’elle va répandre dans les centres de formation…

Afin de conserver leur niveau de compétitivité et d’employabilité, les entreprises acceptent aujourd’hui d’investir plusieurs milliards d’euros à la formation de leurs salariés et collaborateurs. Si c’est par obligation qu’elles consentent de prime abord à consacrer une telle somme à l’enseignement professionnel continu, elles le font aussi par nécessité étant donné l’évolution à la vitesse grand V de la technologie.

La digitalisation de tous les services internes dans les entreprises fait désormais partie de la stratégie de valorisation de leur image de marque. Mais si les entreprises françaises ont bel et bien pris le virage numérique, qu’en est-il vraiment du centre de formation auquel elles confient leur projet de formation ? Bref état des lieux…

 

 

Qu’est-ce que la digitalisation de la formation professionnelle, quel est son but ?

La digitalisation dans le domaine de la formation professionnelle aussi nommée Digital Learning se définit en substance par une nouvelle formule d’apprentissage qui exploite les outils digitaux. Elle passe notamment par la création de contenus pédagogiques en version numérique. Les plus connus sont les formations e-learning, les webinars, les MOOCs, les SPOCs et les COOCs.

Les principaux objectifs rattachés à la digitalisation de la formation professionnelle sont les suivants :

  • Faire en sorte que l’enseignement professionnel soit accessible au plus grand nombre de personnes possible;
  • Renouveler et améliorer le système pédagogique;
  • Faire évoluer les programmes d’enseignement pour les ajuster aux nouvelles compétences et aux nouveaux diplômes exigés par le marché du travail actuel;
  • Proposer une expérience utilisateur interactive attractive, innovante, souple, stimulante, engageante et…efficace;
  • Ajuster les programmes de formation pour qu’ils soient en adéquation avec les récentes réformes;
  • Rendre disponibles des parcours de formation davantage personnalisés voire individualisés;
  • Limiter les conséquences des contraintes – géographiques, logistiques, temporelles – de l’enseignement en présentiel;
  • Automatiser les programmes d’enseignement afin d’accroître la productivité et la réactivité des centres de formation;
  • Modifier les programmes d’enseignement classiques pour qu’ils concordent avec les besoins, attentes et rythme d’apprentissage des apprenants.

 

 

Et la digitalisation des organismes de formation ?…

Si l’on ne peut nier que la majorité des entreprises françaises sont en plein processus de transformation digitale, pouvons-nous affirmer qu’il en est de même de la digitalisation des organismes de formation professionnelle ?

Malgré un intérêt plus marqué ces dernières années vis-à-vis l’enseignement e-learning comparativement à l’enseignement présentiel, les démarches réalisées en vue de digitaliser la formation professionnelle demeurent à ce jour encore partielles et parfois hésitantes. Pour de nombreux centres de formation professionnelle et services formation en entreprise, la digitalisation a consisté à intégrer quelques cours en e-Learning au catalogue mais d’autres ne se sont pas contentés de çà et on entrepris une véritable transformation en s’organisant autour d’un logiciel de gestion adapté aux organismes de formation.

 

Jamais sans mon tuteur

Néanmoins, plusieurs études révèlent qu’un étudiant sur deux engagé dans un parcours de formation totalement digitalisé ne va pas jusqu’au bout de son parcours s’il est laissé complètement à lui-même. Il apparaît que le taux de décrochage diminue considérablement si l’apprenant est accompagné par un tuteur. Cette situation démontre clairement que, dans bon nombre de cas, un outil digital n’est vraiment efficace et pourvu de sens qu’en présence de l’intervention d’un formateur. Le formateur 2.0 contribue dans une large mesure à rendre l’outil digital performant. Que choisir alors entre présentiel et distanciel ?

La solution : le blended learning

Le blended Learning combine les deux formules pour satisfaire tous les besoins. Il devient très simple avec le mode d’apprentissage mixte d’associer des séances en présentiel et en e-learning ou d’inclure des outils digitaux en présentiel. Cette solution permet à l’apprenant d’alterner entre des sessions en ligne et des sessions en présence de son formateur. Ce modèle explique en partie l’engouement de certains vis-à-vis les MOOC, les COOC et les webinaires.

 

Force est de constater que pour s’adapter à la révolution numérique, la partie n’est pas encore gagnée pour les entreprises et les organismes de formation professionnelle. Ils doivent réévaluer sans tarder leur stratégie digitale et mettre en place les moyens adéquats pour innover et se différencier…

Share This